Région : le projet d'exploitation minière est inacceptable

Impensable, inacceptable, destructeur, obsolète… Nicolas Thierry, vice-président de la Nouvelle Aquitaine ne manque pas d’adjectifs pour qualifier le projet Kanbo mené par la société Sudmine.

Virginie BHAT|2017/03/13 10:25|0 iruzkin
Guz_sudmine_bobedme101
Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement, est venu rappeler le soutien de la Nouvelle Aquitaine aux opposants du projet de mine d'or. ©Bob EDME

"Ma présence souligne notre soutien à la population, aux onze maires et aux agriculteurs : nous sommes aux côtés des acteurs locaux", explique Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement au sein de la Nouvelle Aquitaine qui, vendredi matin, s’est rendu à Espelette afin de signifier sur place l’opposition de la Région à une exploitation minière d’or. A ses côtés, Emilie Dutoya et Alice Leiciagueçahar, conseillères régionales du Pays Basque.

Pour la Région, le projet s'inscrit sur un territoire engagé vers une agriculture responsable, respectueuse de l'environnement, utilisant des ressources renouvelables et pérennes, et produisant des filières biologiques et des produits de qualité. Dont les produits d'appellation d'origine AOP Ossau-Iraty, Piment d'Espelette, les producteurs fermiers IDOKI, et la cerise Xapata. Et le vice-président de rappeler que l'AOP Ossau Iraty implique 100 agriculteurs, le piment d’Espelette quelques 190 autres. "Ce projet qui s’attaquerait à ce patrimoine naturel est inacceptable ! Impensable !"

La folie minière n’atteint pas que le Pays Basque. Nicolas Thierry pointe du doigt qu’un permis de projet minier d’une autre société est aussi en cours d’instruction en Creuse. "Quarante-huit nouveaux permis d’exploitations minières sont en cours" sur le territoire français ! C'est pour lui autant de "tentatives de relancer une industrie du XXème siècle, voire du XIXème siècle" qui anéantiraient le patrimoine naturel pour quelques kilos de minerais et "intérêts particuliers".

Obsolète

"Ce modèle économique est obsolète" relève-t-il. "Le modèle aujourd’hui est l’économie circulaire, non la mise en danger du patrimoine." Et de citer un très récent rapport de l’Ademe qui précise que les téléphones portables recèlent dans leurs entrailles 7,2 milliards de kilos de métaux précieux.

La présence des élus de la Nouvelle Aquitaine à Espelette veut ainsi conforter la motion adoptée en séance plénière le 13 février dernier par la Région contre l'autorisation de permis exclusif de recherche de minerais et l'exploitation minière sur son territoire.

Une motion qu’Alain Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine, a transmis aux préfets concernés par ces demandes de PER. "Elle constitue une contribution dans le cadre de l’enquête publique, mais la décision revient à l’Etat." Ce sera a priori le nouveau gouvernement qui la prendra.