Irlande du Nord : Le DUP devance le Sinn Féin d'un seul siège

Les unionistes sont désormais minoritaires au sein de l’Assemblée nord-irlandaise. Une première. 

MEDIABASK|2017/03/07 13:05|0 iruzkin
Adams-oneill-mcguinness
Michelle O’Neill, entre Gerry Adams y Martin McGuinness. (Paul FAITH/AFP)

Les résultats du scrutin anticipé organisé de jeudi 2 mars en Irlande du Nord sont tombés samedi matin. Le parti démocratique unioniste (DUP), favorable à l’union avec la Grande-Bretagne, a remporté 28 des 90 sièges de l’Assemblée régionale contre 27 pour le Sinn Féin, partisan d’une réunification de l’Irlande qui réalise là une percée historique.

L’autre grand parti unioniste, l’UUP, a également réalisé une contre-performance (10 sièges), se faisant dépasser par le SDLP (Parti social-démocrate et travailliste, 12 sièges). Les unionistes sont donc désormais minoritaires au sein de l’Assemblée régionale, pour la première depuis sa création.

Le scrutin a été marqué par un record de participation (64,8 %), taux le plus élevé depuis le référendum sur les accords de paix. Accords de paix signés en 1998 et qui prévoient un partage du pouvoir entre les partis arrivés en tête aux élections, le premier désignant un premier ministre et le second un vice-premier ministre.

Mais après un scandale lié à un programme de subventions d’énergies renouvelables mettant en cause la Première ministre Arlene Foster, le vice-Premier ministre Martin McGuiness (Sinn Féin) a démissionné en janvier entraînant la chute de l'exécutif, seulement dix mois après son installation, d'où la tenue de ce scrutin.

Le Brexit en toile de fond

En toile de fond c'est surtout le Brexit qui divise unionistes (majoritairement protestants) et nationalistes (majoritairement catholiques). Les nationalistes craignent en effet la réapparition d'une frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, une fois que le Brexit sera réalisé. En outre, le Sinn Féin réclame que l’Irlande du Nord soit maintenue au sein de l'UE.

Gerry Adams, son président, a estimé que le vote marquait la confiance dans les positions anti-Brexit de son parti. L’Irlande du Nord a en effet voté à 56 % contre la sortie de l'UE. "C’est un vote pour l’unité de l’Irlande, un vote pour notre rassemblement en tant que peuple (…). Nous n’avons pas besoin des Anglais pour nous gouverner", a-t-il déclaré. De son côté, Arlene Foster a accusé le Sinn Féin d’avoir provoqué ces nouvelles élections pour faire avancer la cause républicaine.

Les deux partis ont désormais trois semaines pour former un gouvernement. Dans un climat extrêmement tendu, cela pourrait prendre du temps. S'ils ne parviennent pas à un accord, la province pourrait être gouvernée directement par Londres.