La Rhune 2020 : rencontre avec les opposants

Le président du Conseil départemental a invité les représentants du collectif opposé au projet de réaménagement de La Rhune.

Goizeder TABERNA|18/07/2017 18:12|0 comentarios
2948014906_ca81a12c2d_b
Au pied et au sommet de La Rhune et dans le petit train, le projet a comme objectif l'amélioration de l'accueil des visiteurs.

Une pétition qui affiche plus de 2 300 signatures et un courrier à destination des autorités et des élus, les opposants au projet de réaménagement de La Rhune présenté début juin ont réagi au quart de tour. Le président du Conseil départemental aussi. Jean-Jacques Lasserre les a invités pour en discuter jeudi dernier.

Une rencontre qui a permis à chacun d’exposer sa position et au cours de laquelle le président a consenti la création d’une instance de concertation. Une concertation prévue par la convention Aarhus dans le cas de projets touchant à l’environnement.

"C’est un dossier très important pour le Pays Basque. Nous ne recherchons pas le développement en nombre ; nous souhaitons conserver le nombre [de visiteurs] tout en améliorant le site", assure Jean-Jacques Lasserre. Il justifie l’ajout de deux trains par le besoin de pouvoir effectuer une évacuation en cas d’urgence. Donc, plutôt que pour monter des voyageurs, ce serait pour les faire descendre…

Les membres du Collectif inter associatif Larrun Patrimoine Commun assis autour de la table, eux, considèrent que le site est saturé et que le projet augmentera l’occupation de l’espace. Cela rendrait plus difficile la cohabitation entre les différents usagers de la montagne.

Un point les inquiète particulièrement : la passerelle, au sommet, reliant la gare à la face nord-ouest. "Nous sommes dans un site classé", rappelle Rafa Valdivielso, un des opposants présents à la réunion. Il considère que l’on pourrait réaménager l’accès au sommet existant pour les personnes à mobilité réduite, argument principal des promoteurs de ce belvédère.

Le projet n’en est qu’aux plans en 3D, les discussions, elles ne font que commencer.