La Soule va battre campagne contre les dépôts sauvages

Confrontés aux dépôts sauvages au pied des points d’apport des déchets ménagers, les agents de Bil Ta Garbi et de l’agglo Pays Basque iront à la rencontre des usagers pour les sensibiliser à ces incivilités la semaine prochaine.

Virginie BHAT|28/06/2017 12:05|1 comentario
Colonnes
Colonnes de déchets en Soule.

Pari gagné en Soule : depuis que le territoire a bouclé la réorganisation de sa collecte de déchets fin 2015, les Souletins ont réduit de 32% leur production d'ordures ménagères l’année dernière. Une production qui s’établit à 151 kilos par personne. Le meilleur score du Pays Basque Nord. Sans compter une stabilité des coûts engendrés par le système.

"Depuis que la réforme de la collecte a été mise en place, on a constaté une amélioration du tri des déchets verts, du verre…", explique Michel Iratçcabal, technicien au pôle territorial Soule-Xiberoa. Ainsi, la distribution des composteurs est en augmentation ces deux dernières années, la collecte de verre a augmenté de 11%.

Reste un point noir : des dépôts sauvages au pied des points d’apport volontaire. Pourtant chaque foyer a été doté d’un badge qui permet l’accès à ces colonnes de collecte qui maillent plus de 60% du territoire. A priori, rien ne devrait dissuader les utilisateurs d'y verser leurs ordures ménagères.

Et pourtant, les dépôts sauvages perdurent. Oubli du badge, clef d’entrée ? Une raison de ces incivilités pourrait être la crainte de la tarification incitative des ordures ménagères qui devait accompagner la réorganisation de la collecte des déchets.

La tarification incitative repoussée

Une tarification basée sur le volume des déchets déposés. Son principe est simple : plus le foyer vide des ordures ménagères dans les points dédiés, plus sa facture va s’alourdir. Mais le calendrier de la mise en place de cette réforme a été bousculé par la création de l’agglo Pays Basque. Elle n’est donc pas pour l’instant appliquée et la CAPB doit reprendre le dossier.

En attendant, Bil Ta Garbi et l’agglo ont décidé de mener une campagne contre ces dépôts sauvages et partiront en patrouille toute la semaine prochaine dans les points de collecte afin d’informer et sensibiliser les usagers. Ils seront appuyés par la gendarmerie et la police municipale de Mauléon qui circuleront aussi pour vérifier l’état des points d’apport volontaire.

Les dépôts sauvages en question peuvent coûter cher : allant de l’amende de 2ème classe (35€) à l’amende de 5ème classe, si le dépôt de déchet est réalisé au moyen d’un véhicule, y compris la confiscation de ce dernier. Mais c’est avant tout une démarche pédagogique que veut entreprendre la collectivité.