Législatives : Vincent Bru est investi La République en marche

Mais la référente départementale Nathalie Niel a immédiatement saisi la commission d'éthique en signalant qu'il était signataire du manifeste des maires de France contre le mariage pour tous, une position contraire au mouvement. 

Bénédicte SAINT-ANDRÉ|15/05/2017 22:03
Jpb_hameka_10
Vincent Bru était le suppléant sans étiquette de MAM en 2012 © Gaizka Iroz

Ce lundi soir, le mouvement En Marche a publié une liste remaniée de 511 candidats pour les prochaines élections législatives. Parmi eux pour la sixième circonscription du département figure le nom de Vincent Bru, le maire de Cambo, jusqu'alors adhérent à l'UDI et qui se présenterait pour siéger dans le futur groupe MoDem à l'Assemblée.

Ce dernier jusqu'alors en ballotage avec l'élu biarrot François Amigorena aurait donc emporté la mise ? Trop tôt pour le dire car dès la publication de cette liste, la référente départementale d'En Marche Nathalie Niel a saisi la commission d'éthique du mouvement.

Dans son courrier, auquel MEDIABASK a eu accès, elle précise que le maire de Cambo est signataire du manifeste des maires de France opposé au mariage pour tous, une position selon elle rédhibitoire, tant opposée au progressisme d'En Marche qu'aux valeurs portées par le MoDem.

Elle précise également que de nombreux adhérents sont opposés à cette candidature, parmi lesquels l'animateur local de Saint-Jean-de-Luz Laurent Blanquer et argue d'un "rejet massif". Selon elle, une telle décision jette le discrédit sur le mouvement et fait courir le risque de faire perdre une circonscription gagnable.

François-Xavier Menou, animateur du mouvement à Biarritz se veut moins vindicatif. "Des voix contre s'élèvent, c'est vrai mais elles ne font pas l'unanimité. Vu le nombre de personnes ayant candidaté, il est normal qu'il y ait des déçus", tempère-t-il.

Sur le cas de Vincent Bru, il précise que ce dernier serait "favorable aux droits des homosexuels, mais que le terme de mariage l'aurait gêné". Reste que le manifeste demande l'abrogation pure et simple de la loi Taubira.

La patte Bayrou

En filigrane, ce nouveau "cas" renvoie au débat en cours depuis des semaines dans le mouvement En Marche, celui de la prédominance des investitures MoDem dans le fief de François Bayrou, les Pyrénées-Atlantiques.

"En Marche prône le renouvellement mais également le rassemblement", poursuit François-Xavier Menou. Il ne lui paraît donc pas démesuré que le groupe porté par le MoDem prétende à une centaine d'investitures, d'autant plus présentes localement.

Tous s'accordent néanmoins sur un point. La réaction de ce même François Bayrou après la publication de la première liste a été calamiteuse. Celui qui a expliqué durant des semaines n'avoir conclu aucun accord avec Emmanuel Macron s'était en effet échauffé de ne pas avoir obtenu toutes les circonscriptions négociées. Un vocable et des us d'appareil dont les militants ne veulent plus. Aura-t-il néanmoins gain de cause pour la sixième ? 

Contacté dans la soirée par téléphone, Vincent Bru n'a pas répondu à nos sollicitations.