La Navarre tord le cou au Jour de l’Hispanité

Le parlement navarrais a déclaré le 12 octobre "Jour des peuples indigènes et du respect de la diversité culturelle", alors que l’Etat fête la conquête de l’Amérique.

MEDIABASK|10/10/2017 08:10|0 commment
Parlamento_nafarroa
Image d'archive du Parlament navarrais. © Iñigo URIZ/ARGAZKI PRESS

Le 12 octobre est un jour férié dans l’Etat espagnol. En plus de la patrone de la Garde civile, le Jour de l’Hispanité célèbre la "découverte" de l’Amérique depuis que Francisco Franco l’a instauré en 1958. Près de soixante ans plus tard, ce lundi, le Parlement de Navarre a proclamé le 12 octobre "Jour des peuples indigènes et du respect de la diversité culturelle".

La déclaration institutionnelle de l’assemblée des porte-paroles des groupes parlementaires dénonce "le génocide et le pillage que les colonisateurs ont réalisé lors de la soi disant découverte de l’Amérique", d’après l’information rapportée par les agences de presse espagnoles.

Le texte a été présenté par les quatre groupes parlementaires présents dans l’exécutif navarrais (Gero Bai, EH Bildu, Podemos et Izquierda-Ezkerra). A travers lui, le Parlement s’engage à assurer "la reconnaissance, la réparation et la récupération de la mémoire et de la culture des peuples indigènes américains colonisés par le feu et le sang des conquérants européens".

Commémoration annuelle

Dorénavant, le 12 octobre donnera place à une commémoration annuelle en Navarre. Une cérémonie dans laquelle la mémoire historique des peuples indigènes sera rappelée et dans laquelle sera mise en valeur la richesse de la diversité culturelle. Une commémoration à laquelle est invitée le Gouvernement foral.

Les partis de droite UPN et PP ont voté contre la déclaration. Le Parti socialiste navarrais s’est abstenu sur le point relatif au "pillage", a voté contre l’instauration du Jour des peuples indigènes et a exprimé son accord sur le fait que l’exécutif se joigne à la célébration commémorative.

Le même jour, une seconde déclaration a été adoptée, cette fois avec l’appui des groupes constitutionnalistes et l’abstention de Podemos, pour exprimer l’attachement aux célébrations de la fête nationale espagnole.