"Fanch" s’écrira-t-il avec le tilde ?

Un enfant né le 11 mai à Quimper (Bretagne) est au centre d’une bataille juridique. En cause ? L’écriture de son prénom, breton, qui comprend un tilde à l’origine mais qui est refusé par l’Etat français car ne faisant pas partie de l’alphabet reconnu. Fañch s’appellera-t-il Fanch ? 

Mediabask|07/08/2017 16:57|0 commment
Baby-1178539_1920
A peine né, l'enfant de Lydia et Jean-Christophe Bernard est au coeur d'une polémique autour de son prénom

Début septembre, le procureur de la République devra statuer si le tilde du prénom breton Fañch est accepté ou non. La municipalité de Quimper où est né l’enfant avait d’abord refusé puis accepté l’orthographe du prénom face à la pression médiatique que l’affaire avait soulevé. Mais nouveau rebondissement, c’est désormais la justice qui s’est emparée de l’affaire. Le couple de Rosporden qui voulait donner un prénom breton à son nouveau-né a été convoqué au tribunal, début juillet, et est désormais dans l’attente de la décision qui devrait intervenir début septembre.

Le tilde en breton a deux fonctions. Il indique que le son est nasalisé : "añ" se prononce "an" alors que "an" se prononce "ane", comme dans un autre prénom breton, "Erwan". Le tilde indique également que le "n" ne se prononce pas. 

Que dit la loi ? Une circulaire de 2014 reprend la loi du 20 juillet 1794 et interdit les signes diacritiques qui ne sont pas issus de la langue française. Le tilde est donc exclu de la liste des signes diacritiques autorisés car il n’appartient pas à l’alphabet français. Mais l’article 75-1 de la Constitution de la République française proclame que les langues régionales sont reconnues comme appartenant au patrimoine de la France. C’est d’ailleurs sur cet article que s’était appuyée la municipalité pour finalement accepter l’inscription du prénom à l’état civil. 

Au Pays Basque Nord également, certains prénoms s’écrivent avec un tilde. À l’état civil de Bayonne, ce signe n’est pas accepté. La décision qui sera rendue début septembre devrait donc être regardée de près par tous ceux qui souhaitent appeler leur enfant Iñaki ou Iñigo.